Karim, autiste, un bras cassé qui a fait grandir

Retour à l'hopital pour Karim pour enlever les agrafes

Et voilà, cette histoire de bras cassé touche à sa fin… Le temps de faire un bilan de ces trois semaines entre le passage aux urgences, l’opération en chirurgie ambulatoire et les suites … Finalement, ce bras cassé a fait grandir Karim.

Hier, nous avions rendez-vous à l’hôpital pour le contrôle, médecin, radio et enlever les agrafes…. J’avais beaucoup de craintes et même si nous préparions Karim au fait que ce contrôle était inévitable, qu’il n’allait pas rester avec ses agrafes tout le temps, le fait même d’arriver à un rendez-vous précis à une heure précise est toujours sujet à cautionnement.

De toute façon, inutile de lui dire, “c’est le moment de partir à l’hôpital pour le contrôle et enlever les agrafes”. Là, c’est certain qu’on ne quitte plus la maison, son port d’attache… Il y a plusieurs étapes : sortir de la maison, aller à l’hôpital, entrer dans l’hôpital, rester dans la salle d’attente, savoir qu’il va faire une radio et enfin enlever les agrafes….

Ma méthode : la fable de la grenouille ou l’arbre qui cache la forêt

Karim en route vers l'hôpital

En route vers l’hôpital avec patrick

“Si l’on plonge subitement une grenouille dans de l’eau chaude, elle s’échappe d’un bond ; alors que si on la plonge dans l’eau froide et qu’on porte très progressivement l’eau à ébullition, la grenouille s’engourdit ou s’habitue à la température pour finir ébouillantée.” (A priori, pour la grenouille ce n’est pas exact)

“Si je dis à Karim que l’on va quitter la maison pour faire telle ou telle chose qu’il redoute, le départ devient impossible… Si je procède par petites étapes acceptables pour lui, j’arrive à l’amener à surmonter son angoisse pour l’aider à réaliser ce qu’il redoute” Là, j’ai de grandes chances d’y arriver et au final, il est heureux d’avoir surmonter ses angoisses.

Etapes 1, 8 h 45  sortir de la maison

On a rendez-vous à 9 h 30. L’idée est de partir chercher son ami Patrick qui a besoin d’un service…. Patrick n’habite pas très loin de l’hôpital, donc déjà, on se rapproche de la destination. Il maugrée un peu mais finalement accepte de se lever (car bien sûr, c’est le jour où il ne s’est pas levé tout seul à 6 h 30 ou 7 h) et de s’habiller… Quand même, Patrick exagère un peu d’avoir besoin de nous aussi tôt le matin !!!

Karim, Dans les couloirs de l'hôpital avec Patrick

Dans les couloirs de l’hôpital avec Patrick

Etape 2,  9 h aborder le sujet de l’hôpital

Depuis plusieurs jours Karim sait qu’il doit faire de la kiné et il en a envie… Dès que Patrick monte dans la voiture, il lui demande comment va son bras… Karim commence à lui parler de kiné…Il sait que le médecin doit faire une ordonnance et qu’il ne peut pas faire de kiné s’il n’a pas le papier

“tiens, on est à côté de l’hôpital, on peut aller demander le papier pour la kiné, t’en pense quoi ?” Grand silence… forcément, il n’a pas envie…

L’argument choc qui ne veut rien dire, mais qui marche sur Karim… ” ben, oui, comme ça, c’est fait”…. Il répète “Comme ça c’est fait” et ensuite “Le pire est passé”…. ben oui, le pire est passé, on y va pour chercher un papier pour le kiné…. Puis la carotte : “Et quand on sort, on passe à Auchan chercher un DVD”….

Karim pas rassuré dans la salle d'attente

Pas rassuré dans la salle d’attente CP Patrick Lambin

Etape 3, 9 h 30 l’hôpital

Arrivée au parking sans problèmes… Il répète “Le pire est passé, on va juste chercher le papier du kiné”…. “Mais pourquoi tu vas pas le chercher seule ? je reste dans la voiture ….”   Mince, trouver un argument…. “Parce que c’est toi qui doit signer le papier…. “Ok, je viens”…. Et après on ira à Auchan, tu pourras choisir un DVD…..

Esplanade de l’hôpital, couloirs…. On arrive au secrétariat… On est à l’heure ! La salle d’attente est pleine…. Pendant que je fais la queue, Patrick essaye de le distraire avec des revues… Quand il me voit entrer dans le secrétariat, il arrive…. “C’est pour signer le papier pour le kiné…” La secrétaire regarde le dossier sur l’ordinateur… Le mot autiste est toujours écrit en haut…. “On va essayer de faire vite… Il faut juste faire une radio pour aller voir le médecin” Le mot fatidique est prononcé, mais il fallait bien qu’il arrive à un moment ou un autre.

Karim :Un gros câlin pour rassurer CP Patrick Lambin

Un gros câlin pour rassurer
CP Patrick Lambin

Etape 4 la radio

Avec Patrick on intervient très vite…. “Comme ça, c’est fait” “Sinon on doit revenir la semaine prochaine”… “C’est juste une photo, tu as vu la dernière fois”… “Auchan… DVD….”Comme ça c’est fait”….

La radio, c’est les flèches grises…. On cherche les flèches grises comme un jeu de piste, pour détourner son attention de sa peur… Nouveau secrétariat, nouvelle queue… Il commence à saluer le personnel soignant…. “Bonjour mon infirmière”…. “Bonjour mon docteur” Certains répondent, d’autre pas…. La secrétaire “Moi, je suis pas infirmière, je suis secrétaire”…. “Bonjour ma secrétaire !” Des mots pour créer des liens, pour masquer l’angoisse…

Le radiologue l’appelle…. “Maman, tu viens avec moi” … Enlever le brassard, le pull… A chaque geste une hésitation… des mots pour inciter…. “oh, tu m’énerves, toujours enlever le pull”… “Mais pour faire la photo de la radio, c’est mieux, sinon la photo sera floue et il faudra recommencer….” “Bon Ok…

Finalement, le passage en radio trois semaines avant a porté ses fruits…. Il accepte de s’asseoir, de poser son bras sans bouger et que je m’éloigne avec les radiologues derrière la vitre….

“Waouh !!! super, je suis vraiment fière de toi”…. Tu as vu, tu as fait la radio comme un adulte ! chapeau !!!! en sortant, je m’empresse de tout raconter à Patrick qui le félicite aussi…. Le radiologue amène la radio que l’on s’empresse de regarder….

Karim regarde sa radio et montre les petits traits “Ca c’est les agrafes !!!”

Etape 5 les agrafes

Salle d’attente puis passage chez le chirurgien qui lui demande de regarder sa cicatrice… Il rechigne un peu à enlever son pull…. Se crispe pour enlever le bandage, mais finalement accepte….

“On va aller voir l’infirmière pour enlever les agrafes, tu viens avec moi ?

“Maman, tu viens”…. Sa voix n’est pas assurée, mais il se laisse faire, pris dans la dynamique. Patrick nous suit… On ne sait jamais….

Salle de soin, 2 chaises, un lit. D’emblée il s’assoit sur la chaise de l’infirmière. L’autre chaise est une chaise normale, dans un coin. Il sait qu’elle n’est pas pour lui. Patrick s’y assoit. L’infirmière arrive…

“eh, tu es à ma place”…. Tu peux t’asseoir sur le lit, se sera plus facile…. Pas très rassuré, il accepte de changer de place….

Enlever les agrafes CP Patrick Lambin

Enlever les agrafes CP Patrick Lambin

“Ce serait mieux que tu sois allongé, parce que là, regardes, je ne peux pas voir ton bras”…. si tu es allongé, tu pourras poser ton bras sur la petite table et ce sera plus confortable….

Il obtempère…. Pas rassuré, mais plutôt serein… Je crois qu’il a vraiment envie qu’on lui enlève les agrafes…

“si ca pince, tu me dis”…. La première agrafe… Il ne dit rien…. Les autres la rejoigne dans un petite bruit métallique… Karim ne bronche pas, les yeux fermés et plutôt détendu…. Il ne dit rien non plus à la vue du coton avec un peu de sang….

Le médecin vient vérifier la cicatrice en appuyant avec une pince… Il ne pipe mot… A peine une petite grimace.

“Eh bien voilà… C’est bien”… Tu peux bouger ton bras, tu ne mets plus le brassard”

– “Et mon papier pour le kiné ?” Eh oui, on est quand même venus à l’hôpital pour l’ordonnance d’un kiné !

“La secrétaire va te le donner…”

Conclusion

Karim : Ouf, c’est fini !

Et voilà…. Karim a grandi avec ce bras dans le plâtre…. Il a accepté la radio, l’examen, l’extraction des agrafes…. Que de progrès ! et surtout des acquis. Avaler des médicaments, accepter d’être allongé dans une salle de soin sans envoyer tous les instruments par terre…

Et pour moi, un grand soulagement… Si un jour on doit retourner à l’hôpital, ce sera plus serein… Je serai moins angoissée de tout ce qui pourrai arriver et forcément aussi, Karim le sentira….

Finalement, ce bras cassé aura été un bien pour un mal…. Il a fait grandir Karim. Vers l’infini et au-delà, c’est notre devise à tous les deux…. (Ben oui, il a vu 357 fois Toy story !!!)

 

Commentaires (4)

  1. Jourdin françoise

    Bonjour, merci pour les nouvelles de Karim. Je pense à lui chaque jour.Ouf c’est fait!!!!! Vous avez dû être soulagée puisque Karim a été très courageux et calme. La photo où il fait un gros câlin à sa maman chérie m’a fait pleurer. Femme courage . Du fond du cœur : bravo madame. Je vous embrasse tous deux.Un coucou de Julien.

    Répondre
  2. Mélanie

    C’est magnifique ❤️ rien n’arrive par hasard, il était prêt à surmonter tout ça et toi aussi. Bravo à lui et à toi, ❤️

    Répondre
  3. Mockers Schaffner Sophie

    Fantastique et mille bravos à Karim. Petit à petit il escalade des collines, puis des montagnes ….il atteindra l’Everest, c’est sûr surtout avec une maman comme il en a une !

    Répondre
  4. Grillet Danielle

    histoire vécue par Jean-Baptiste et nous ses parents !le plus dur je suis d’accord avec vous pour cette route à l’hôpital c’est la “première fois” c’est beaucoup plus facile quand ils savent ce qui les attend ils sont supers courageux .Pour Jean-Baptiste très mauvaise fracture avec fixateur externe pendant neuf semaines infirmières tous les deux jours à domicile et séances de kiné Bon Courage à Karim

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partages