coronavirus : des nouvelles de Karim après deux semaines de confinement

Eh, voilà, c’est la deuxième semaine de confinement pour Karim… Je viens vous donner un peu de ses nouvelles….

Après une première journée difficile et épuisante, une seconde pour s’apercevoir qu’il n’y avait plus personne dans les rues, Karim s’est installé dans ses routines modifiées… Sortir n’a plus d’intérêt pour lui car il ne peut plus causer à personnes et que les quelques passants auxquels il adresse la parole lui rappelle le respect de la règle du mètre de distance…. Là, finalement, on a eu un peu de chance… A part ses sorties, le confinement n’a pas trop changé son rythme de vie.

Karim TATAI confinement applaudissements du soir

Les applaudissements le soir à 20 heures pour les soignants CP Patrick LAMBIN

Il sort 5 mn le matin au Monoprix de la rue acheter son coca et 10 mn pour chercher son DVD chez le buraliste du bout de la rue…. Il n’oublie jamais de me demander son autorisation de sortie. Ces deux petites courses suffisent à équilibrer et rythmer ses journées. Et puis, à 20 heures, les applaudissements à la fenêtre…

Il dort un peu plus longtemps le matin ce qui n’est pas mal non plus, les matinée sont plus courtes… D’habitude, il est plutôt matinal car il aime bien être à l’Atelier quand les filles viennent travailler… Mais je sais aussi que lorsqu’il dort à l’extérieur de la maison, ses nuits sont plus longues, comme si l’éloignement lui faisait lâcher prise…. Là, c’est un peu la même chose…

La fin de journée est un peu plus agitée, C’est le moment où d’habitude il est dehors.

Karim TATAI confinement geste barrière se laver les mains

Se laver les mains au savon, un geste barrière qu’il a assimilé. CP Patrick LAMBIN

Le vendredi, c’est le rituel de ses courses et de l’achat du DVD…. En principe, il va montrer ses photos à un commerçant de la rue et quand il revient, il y a une enveloppe avec sa “paye” dans la boite aux lettres… En été, quand son patron est en vacances, c’est “congés payés”… Comme pour nous…. Alors, pour régler le fait que son “patron” est fermé, celui-ci lui a dit qu’exceptionnellement, c’était congés payés jusqu’à la fin du virus…. Soulagement ! Il peut continuer à trouver son salaire dans la boite à lettres.

Ensuite, je l’amène à Auchan en profitant de faire mes courses de la semaine. Du coup, cela ressemble à tous les vendredis où il va faire ses courses dans un hypermarché. Et comme avant le confinement je n’avais jamais le temps d’aller avec lui, il est plutôt ravi. Le premier vendredi, cela a été plutôt bien.

Karim achat de DVD au centre commercial

Le royaume de Karim les vendredi, le rayon de DVD

Vendredi dernier, après beaucoup de préparations, il a accepté de porter un masque pour aller faire les courses. cela a été plus stressant pour lui.  De plus, l’entrée dans Auchan était conditionnée à un caddie par personne.  Il y avait une queue et les caddies ne rentraient que 5 par 5 par une entrée réduite, l’entrée principale étant fermée par une grille…. Déjà, il commençait à s’exciter et le vigile parlait de ne pas le laisser entrer… Heureusement que j’avais pensé à amener sa carte d’invalidité sinon nous aurions dû rebrousser chemin…. Il n’a pas pu payer lui-même ses courses parce que les caisse automatiques n’étaient pas ouvertes et que les caisses n’acceptaient que les cartes bancaires…

J’espère qu’il n’y aura pas trop de changements vendredi prochain car ce n’est pas toujours évident de gérer l’imprévisible et d’improviser.

Karim TATAI un geste barrière, éternuer dans son coude CP Patrick LAMBIN

un geste barrière, éternuer dans son coude CP Patrick LAMBIN

Hier, lundi, il faisait un superbe soleil… On s’est dit, avec son copain Patrick qui passe le confinement avec nous que ça lui ferait du bien de sortir un peu… D’habitude, au cours de ses promenades, il fait plusieurs kilomètres par jour. Là, c’est activité canapé-DVD avec un frigo pas trop loin et je crains les kilos surnuméraires à la fin de confinement….

Cela a été une très mauvaise idée. Constater que les rues étaient vides, qu’il n’y avait personne dans les endroits qu’il fréquente d’ordinaire a fait monter les angoisses d’un cran… Un cran de trop… Celui ou la violence explose, où l’ouragan le submerge et où sa tête se verrouille à double tour… Celui où tous les manques de sa vie viennent amplifier le manque présent…. Les insultes fusent, il agrippe, secoue, frappe sur les murs… Sa force se décuple…. Et bien sûr il cherche à s’en prendre à quelqu’un…. On a eu quelques corps à corps et j’en suis arrivée à la capsule de faux sang que j’ai croqué en bavant…. La vue du rouge l’a stoppé net… Il est retourné dans sa chambre et on en a profiter pour pratiquer le retrait… La porte fermée à clef et un rideau noir pour cacher la lumière…. Quelques heures de solitude pour faire descendre la pression…. Pas trop longtemps non plus, car en fin de journée, le non-achat de coca et de DVD faisait remonter l’angoisse….

Karim TATAI partie de rigolade, la pêche aux canards version confinement CP @Patrick LAMBIN

Et pour finir, une partie de rigolade, la pêche aux canards version confinement CP @Patrick LAMBIN

Toujours sur un fil tendu, ni trop, ni pas assez….Un bain décontractant le soir qui a fini dans une franche rigolade : Un Karim pratiquant la pêche aux canards dans son bain en écoutant “Un jour mon prince, viendra” “Libérée, Délivrée” et “Il en faut peu pour être heureux…”

Ce matin, les tensions étaient redescendues… Jusqu’à quand et pour combien de temps… C’est déjà difficile en temps normal…. En vase clos, cela devient de la voltige….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partages