Le stress chez les mamans d’enfants différents et chez les aidants

Être maman d’un enfant autiste ou différent, c’est un combat de tous les jours et ce n’est pas juste une formule toute faite…Selon une étude publiée en 2009 dans The Journal of Autism and Developmental Discorders, on trouve chez les mères d’enfants autistes un niveau de stress du niveau d’un soldat au combat.(Marsha Mailick Seltzer, directrice de University of Wisconsin-Madison’s waisman Center),

Et bien, voilà, c’est dit, nous sommes des combattantes, mais nous le savions déjà, quelque part au fond de nous…. Sauf que nous, nous n’avons pas de camps arrière, de zones de repli, de permissions et de tours de garde… et nous avons plutôt l’impression d’avoir entamé la guerre de Cent Ans que celle des Six Jours….

Bien des raisons d’être stressées

KO-Karim-TATAI-2017-Strasbourg

CP Karim TATAÏ

Comme tout un chacun, nous n’avions rien au départ pour faire face à cette nouvelle situation, mais nous avons dû, par la force des choses et surtout par celle de l’amour que nous portons à notre enfant, accepter ce rôle d’aidant qui ne nous semblait pas destiné et qui ne faisait absolument pas partie de nos plans de vie.

Le handicap ou la maladie de nos enfants nous mettent dans une situation permanente d’imprévisibilité qui nous oblige à anticiper maints scénarios et à avoir une capacité de réponse instantanée pour répondre aux problèmes qui peuvent surgir à tout moment. S’y rajoutent la peur des lendemains, du nôtre et de celui de notre enfant, l’amenuisement des relations, le renoncement à une vie professionnelle, le manque d’argent pour faire face aux besoins, la culpabilité de ne pouvoir mieux faire à défaut de tout faire et cela pendant des années.

A long terme, ce stress devient chronique et entraîne des conséquences psychologiques et même physiques. Comparés à la population générale, les aidants présentent un haut niveau de détresse psychologique, des niveaux plus élevés de symptômes dépressifs, de dépression clinique et d’anxiété…

point-vert-Karim-TATAI-2017-Strasbourg

CP Karim TATAÏ

Nous avons de plus tendance à prendre moins soin de nous, minimisant nos bobos et petits malaises face aux pathologies et syndromes dont nos enfants souffrent.

.Nous n’avons pas pris ou perdu l’habitude de nous occuper de nous, de pratiquer une activité physique ou artistique personnelle, nous culpabilisant de ne pas être toujours à la hauteur, de ne pas être toujours présentes et disponibles. De plus, nous devons faire régulièrement face à l’incompréhension des autres, aux défaillances et manque de formations d’un corps socio-médical accompagnant qui lui bénéficie de temps de repos, de congés etc….

Quels sont les effets du stress ?

 

grafiti-2017-Karim-TATAI-Strasbourg

CP Karim TATAÏ

Bien sûr, il y a tous ceux que l’on connait, même si on évite d’y penser, (sinon cela serait encore plus stressant), la fatigue chronique, une irritabilité accrue, un repli sur soi, des difficultés à se concentrer avec en plus éventuellement de l’angoisse, de la dépression, une diminution de la longévité …

Le stress agit sur notre état général, mais aussi sur nos organes jusqu’à l’intérieur de nos cellules, sur nos chromosomes même.

Elisabeth Blackburn est l’un des trois professeurs ayant obtenu le prix Nobel de médecine en 2009 pour leurs travaux sur “la façon dont les chromosomes sont protégés par les télomères et l’enzyme télomérase.”

 

les télomères se raccourcissent lors de la division cellulaire

les télomères se raccourcissent lors de la division cellulaire

Nous avons 46 chromosomes,prolongés à chaque extrémités par un télomère qui les protège contre les effets du temps et de l’environnement. Chaque division cellulaire rogne une partie du télomère que l’enzyme télomérase reconstruit en partie. Leur raccourcissement est un phénomène naturel qui témoigne de notre vieillissement au niveau cellulaire.

Elisabeth Blackburn  a étudié un groupe de femmes, mères d’enfants handicapés particulièrement stressées pour voir dans quel état était leurs télomères et si le stress chronique avait une influence sur leur détérioration. Elle a constaté que la longueur des télomères est directement lié au niveau de stress et au nombre d’années pendant lesquelles on y est soumis.

Ces femmes présentent des télomères plus courts et une activité réduite de la télomérase, ce qui veut dire en gros que chaque année passée auprès d’un enfant chroniquement atteint raccourcit l’espérance de vie.

Il existe cependant une lueur d’espoir.

Lutter contre ces effets du stress chronique

 

n-ayez-pas-peur-Karim-TATAÏ-Strasbour

CP Karim TATAÏ

Cependant pour Elisabeth Blackburn il existe des ingrédients qui réduisent le stress et favorisent la longévité… Et là, c’est génial, ce ne sont pas des médicaments, des vitamines, ou autres cocktails financièrement inaccessibles. Non, pour elle, la compassion, le fait de se soucier des autres pourraient compter parmi les facteurs les plus importants susceptibles de favoriser la longévité, d’accroître l’activité de la télomérase et de faire que nos cellules se régénèrent… Waouh !!!

La sociabilité et l’entraide pourraient nous aider à réparer nos cellules et peut-être à vivre plus longtemps et vivre en meilleure santé

Alors mamans, ne restez surtout pas seules et entraidez-vous, que ce soit dans les réseaux sociaux (les mamans courage, Union des Mamans d’Enfants Handicapés,  et encore mieux en vous rencontrant, chez vous ou dans des associations. Notre isolement et nos renoncements à nous occuper de nous nous tuent plus vite alors que nos enfants auront besoin de nous longtemps.

Prenons sans culpabilité cette petite heure nécessaire pour souffler, faire du sport, se faire dorloter,s’évader dans un livre, boire un thé avec une amie… Fréquentons les réunions d’associations, elles sont nombreuses, tant locales que nationales et il y en a forcément une qui vous conviendra à moins que vous ne créez la votre… Puisque personne ne le fera pour nous et que notre situation nous écarte du milieu professionnel, créons notre propre emploi, à notre mesure, comme Laura qui a créé Point sensible, un site et une boutique dédiés à la lingerie française ou Estelle qui a inventé et développé l’application WatcHelp…. ou Lucie qui chante et toute les autres, celles que je ne connais pas et qui jonglent à trouver un équilibre pour ne pas chavirer… Pour ma part, si je n’avais mon métier de costumière qui est une passion depuis maintenant 40 ans, je ne sais pas dans quel état je serai…

Ce qui nous fait du bien à l’extérieur, fait aussi du bien à l’intérieur de nos cellules et elles nous le rendront plus tard… quand nos enfants auront encore besoin de nous…

Pour information : documentaire Le Stress Portrait d’un tueur     (à partir de la mn 36 pour ceux et celles qui n’ont pas le temps de tout regarder)

 

N’hésitez pas par partager vos ressentis et vos impressions ci dessous en commentaire

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Commentaires (14)

  1. Hoffer

    Pour celles qui n’ont pas encore franchi le pas ou qui se sont heurtées à l’incompétence et/ou l’incompréhension, PERSÉVÉREZ!!! Un jour on croise la vie de quelqu’un de génial et là c’est le début d’une réaction en chaîne…c’est la porte enfin ouverte vers une vie pas plus facile, mais moins douloureuse!
    Merci

    Répondre
  2. Pradalie

    Bonjour
    Votre article ma fait pleuré car je me reconnais et reconnais d’autres mamans dans les cas que vous exposez dommage qu’il n’est pas plus publier merci

    Répondre
  3. machado

    merci pour cet article qui fait beaucoup réfléchir mais surtout comprendre notre fonctionnement vis à vis de notre enfant porteur d’un handicap.

    Répondre
  4. cazenave

    bonjour
    je suis la mamie d’une petite fille autiste de 10 ans je n’ai pas de qualicatif pour dire à quel point je l’aime mais en ce moment je suis désespérée elle devient violente agressive et me dit qu’elle ne m’aime pas j’ai mal mon mari et moi sommes très presents auprès de ma belle fille mon fils et aussi notre petit fils son petit fère qui souffre aussi de cette situation mes enfants font tout ce qu il peuvent pour elle qui maintenant on a l’impression qu’elle régresse peut être qu’elle se rend compte qu’elle est différente je ne sais plus quoi faire surtout pour cette violence qu’elle a mes enfants souffrent et nous aussi nous sommes à la retraite et on essaie d’être auprès d’eux le plus possible on ne sait plus quoi faire je n’ai que cette petite fille je suis très malheureuse merci de me lire
    cordialement

    Répondre
    1. Nadia

      Bonjour ,votre petite fille est encore dans sa bulle,à ma connaissance pour la vionlence il existe des armes thérapeutiques pour celà(des médicaments prescrits par les pédopsychiatre)et le reste c’est de continuer de la combler de votre amour,n’abondonner pas,

      Répondre
      1. Ange

        Bonjour Cazenave et Nadia ! Malheureusement non les traitements dits neuroleptiques ou autres n’aident pas toujours à calmer la violence ! J’ai moi même à la maison un petit garçon de 6ans violent et dont les traitements n’ont pas les effets escomptés ! La violence physique et verbale de nos enfants est usante, blessante mais il faut être patient et espérer que la situation va se calmer ! Courage à vous Cazenave et à vos enfants !

        Répondre
    2. Camille

      Bonjour, maman d’un enfant autiste de 13 ans. J’ai trouvé un programme qui m’a beaucoup aidé et m’aide encore beaucoup pour diminuer l’agressivité et la violence de mon enfant. Ça nous a changé la vie ☺. http://optimautisme.com/index.php/approches

      Répondre
  5. Aurore

    Bonjour ! Merci pour tous vos mots qui ont fait couler quelques larmes sur mes joues… je me reconnais tellement dans ces jolies lignes. Ça donne beaucoup d’espoir de savoir que rien qu un thé entre amis peut sauver quelques précieuses années de vie alors buvons papotons rions et savourons la vie pour rajouter des années à notre existence! Je vous salue tous et toutes en vous remerciant bien chaleureusement.

    Répondre
  6. Seb

    Nous oublions souvent le papa, je parle pour moi mais le stress est aussi pour nous

    Répondre
    1. Nally

      le stress est pour les parents aidants.que ce soient des enfants autistes ou des somatiques chroniques ,le stress est épuisant,l’alternance entre espoir et déception,les consultations dans les hôpitaux..etc pendant cela il faut sourire aux autres qui ne savent pas(ou si..)continuer à être professionnelle au boulot,ne pas laisser le stress se voir sur le visage,faire face pour les frères ou soeurs…et ça dure,dure.

      Répondre
  7. Alg

    Bonjour. Je me reconnais tout à fait à travers ces lignes. Mon fils de 18 ans est autiste asperger et paraplégique. Situation qui passe par des haut et des bas au quotidien. Des rires (parfois bien rare) au larmes. Au final on trouve en nous toujours l étincelle qui nous fait avancer. Bonne journée à tous.

    Répondre
  8. Marie

    J’ai ecrit une biographie Marie de l’enfant Andrea, tellement de douleurs à évacuer… Elle a seulement 9 ans, l’amour que je lui porte dans notre extrême solitude doit absolument m’aider à gagner ce difficile combat de vie, pour elle, rien que pour elle…

    Répondre
  9. DE BRITO

    Et bien, c’est fait ! 15 ans de stress, avec 3 enfants à problèmes. Depuis mardi ma fille a baissé les bras. Une prise en charge urgente pour essayer de remonter la pente est en train de se mettre en place. Sa vie est limitée à ses enfants pas faciles à vivre 24 h/24 h et à faire des dossiers qui n’aboutissent pas toujours comme cela devrait être en toute logique et qu’il faut toujours refaire ….. c’est infernal !
    Bon, ben voilà, la mamie est là et elle a toujours été là !

    Répondre
  10. Marie-Andrée Tremblay

    Effectivement mon conjoint depuis 20 ans a eu un caner et plein d’intervention Il n’ pas de motivation il faut travailler pour deux tout le temps le pousser même s’il n’a pas envie. Etre aidant naturel demande une grande humilite et disponibilité de tout instant. Moi je prend la vie une journée à la fois <3.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages