Si Bill Gates avait été français, serait-il devenu l’homme le plus riche du monde ?

Si Bill Gates avait été français, serait-il devenu l’homme le plus riche du monde ? C’est une question que l’on peut se poser, surtout quand  on sait que Bill Gates fait partie du club de l’autisme, même si c’est le petit club Gold, comme le dit avec humour Joseph Schovanec dans ses conférences. S’il avait été français, aurait-il pu aller à l’école, à l’université, créer Microsoft et devenir l’homme le plus riche du monde ?

Lorsque l’on voit en France, les parents d’enfants autistes se battre pour obtenir un diagnostic précoce, des prises en charges adaptées et éducationnelles, lorsqu’on voit les enfants autistes exclus de l’école ou intégrés pour seulement quelques heures par semaine, lorsque qu’on voit que l’hôpital psychiatrique est encore trop souvent la voie de garage proposée, comment ne pas se poser la question ?

feronnerie sur un puit à venise Karim TATAI Strasbourg

CP Karim TATAI

Pourquoi 60 % des internés en hôpital psychiatrique sont des personnes autistes ? D’ailleurs, pourquoi sont-elles internées au lieu d’être en train de travailler dans une Silicon Valley française ? (d’après un rapport de l’IGAS, l’Inspection Générale des Affaires Sociales,60% des adultes internés en hôpital psychiatrique sont des personnes autistes, et d’après des statistiques terrifiantes du rapport de mai 2011, 56 % des personnes à l’isolement depuis plus de 30 jours sont autistes.)

Comment un pays peut-il se priver délibérément d’un tel potentiel de création et d’innovation ?

L’autisme, ça ne nous concerne pas ? Vraiment ? Et pourtant, ce n’est pas qu’une question de handicap ou de déficience.

Le monde tel que nous le vivons au quotidien ne serait pas ce qu’il est sans l’autisme. C’est un peu pousser le bouchon un peu loin ?  Microsoft, Facebook (Mark Zuckerberg), Pokémon (leur créateur Satoshi Tajir) , déjà là, on n’est plus en terre inconnue et l’on pense que d’autres grands hommes ont pu être autistes, bien qu’à leur époque le diagnostic d’autisme n’existait pas…. On avance des noms, sans que jamais on ne puisse vraiment le vérifier, mais ce qu’on connaît d’eux laisse à croire la possibilité qu’ils aient pu l’être…

Albert EinsteinL’inventeur de l’automobile, Henry Ford. Isaac Newton, le plus que célèbre mathématicien et physicien, Albert Einstein, le très connu physicien, Thomas Edison, le célèbre inventeur américain, pionnier de l’électricité. On parle de Marie Curie, de John Forbes Nash, le mathématicien. Dans les domaines artistiques, on pense aussi au compositeur hongrois Béla Bartok, mais aussi Wolfgang Amadeus Mozart, Gustav Mahler, Van Gogh, Orson Welles et Franz Kafka. Autant de créateurs qui pourraient avoir été atteints de troubles autistiques.

Mon propos n’est pas de faire ici la liste des personnes autistes célèbres et de leurs contributions considérables jusque dans notre vie quotidienne, mais de m’interroger, de nous interroger sur la prise en charge de l’autisme en France.

Temple grandin

Temple grandin

Ces personnes relèvent de ce que nous classifions d’autisme Asperger ou de haut niveau, mais sur la ligne de départ, dans la petite enfance, la différence n’est pas marquée entre les différentes formes d’autisme et l’on peut très bien être diagnostiqué autiste sévère à trois ans et devenir professeur d’université à l’âge adulte pour peu qu’on vous ait donné la chance de suivre l’école et de poursuivre des études. Un grand merci en passant à toutes les mamans qui ne baissent pas les bras. C’est ce chemin qu’a parcouru Temple Grandin, aujourd’hui une des autistes les plus célèbres, relaté dans le film éponyme.

En France, actuellement,  il y a 600 000 personnes autistes et il naît 6000 enfants autistes chaque année. Nos politiques n’ont pas pris conscience de la vague autistique et de ses conséquences et notre pays se réveille accusant un retard de plusieurs décennies dans la prise en charge de l’autisme, élaborant des plans bien en deçà des besoins réels.. D’après le Dr Laurent Mottron, spécialiste de l’autisme au Canada, seuls 15 % des autistes auraient une déficience mentale associée. Alors, ce n’est pas des centres spécialisés qu’il faut à nos enfants, et encore moins à l’hôpital, c’est une place à l’école, celle que la loi de 2005 leur a promise. (A titre indicatif, le docteur Mottron, français a quitté la France en 1990 par opposition à l’approche psychanalytique de l’autisme).

revendication-autisme-grueOui, nos enfants ont un handicap, mais ils ont appris à vivre avec, quand on leur en a donné les moyens (ergothérapeutes, kinésithérapeutes, orthophonistes, parents super-motivés et j’en passe….). Imaginez tous les efforts qu’ils ont dû faire pour pouvoir frapper à la porte d’une école qui leur ferme la porte ou qui ne leur accorde que quelques heures par semaine, obligeant les mamans à rester à la maison et à se transformer tant bien que mal en éducatrices ou enseignantes, se heurtant le plus souvent à un murs de professionnels au mieux condescendants, cherchant sur internet comment faire pour faire progresser leur enfant, envers et contre tout, notamment les diagnostics couperets des hommes de science.

Avec de telles conditions d’éducation et d’instruction, n’empêchons-nous pas de futurs génies de trouver des remèdes à notre monde qui va si mal, trouver des solutions pour soigner le cancer ou des maladies rares, trouver des réponses à la pollution, au réchauffement climatique ou je ne sais quel problème dont on n’a même pas encore la notion de son existence ?

Un pavé dans la mare !

joseph-schovanec-conference

Un titre de conférence qui interpelle

Et si on prenait le problème dans l’autre sens…. Si on se disait que dans ce 1 % d’enfants qui naissent autistes se trouve une grande majorité des génies de demain, faciliter l’accession de l’école et de la connaissance aux enfants autistes n’est ce pas la meilleure façon d’invertir sur l’avenir ?

Pourquoi n’imitons nous pas nos voisins et les pays qui ont des décennies d’avance ?  Pourquoi n’essayons nous pas de copier ce qui marche ailleurs ? Pourquoi n’en profitons nous pas aussi pour remettre à plat un système scolaire obsolète qui ne correspond absolument plus à ce que nous connaissons du développement de l’enfant et de ses modes d’apprentissage ? Et du coup que le changement profite à tous. La vraie école pour tous !!!!

Qu’avons-nous à apprendre de l’expérience novatrice de Céline Alvarez dans une classe de maternelle d’enfants en difficulté de Gennevilliers ? Que se serait-il passé si dans cette classe, en plus des enfants en difficulté s’était trouvé un enfant autiste ou en situation de handicap ? On ne le saura jamais car l’Éducation Nationale a coupé court à l’expérimentation. Pour en savoir plus, son blog avec plein de vidéos passionnantes et son livre  Les lois naturelles de l’enfant.

La prise en charge de l’autisme est France est un véritable désastre humain… Il est temps que cela change. Et pour cela, ce ne sont pas de beaux discours que nous attendons, ce sont des décisions et des actes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages