Maman a fait un gâteau au chocolat

Aujourd’hui, maman a fait un gâteau au chocolat…. Ça paraît presque rien, mais après son AVC sévère il y a 11 mois, pour nous et pour elle, cela signifie beaucoup.

Il y a 11 mois, après son AVC, c’était un peu la panique, quand elle s’est retrouvée hospitalisée avec une hémiplégie du côté gauche et tout ce que cela signifie comme dépendance : ne plus bouger sa jambe et son bras, mais aussi, paralysie de la face gauche, difficulté d’élocution, de déglutition, ne plus tenir son dos droit et donc ne pas tenir seule assise….

Les médecins ont été un peu brutaux : “Vu son âge (81 ans) il n’y a pas grand chose à faire et il ne faut pas avoir beaucoup d’espoir…” C’était sans compter sans sa furieuse envie de vivre et notre accompagnement. Avec deux objectifs principaux : aller aux toilette seule et tricoter à nouveau…

Maman a toujours été têtue, et volontaire, dure au mal et là, faut dire que cela a été de son côté…. Et sa volonté a incité les kinés à la pousser un peu plus que d’ordinaire et surtout à se battre, semaine après semaine, pour lui accorder une semaine de plus en centre de rééducation… Elle y est restée 4 mois et demi, en sortant assise dans un fauteuil roulant mais bien décidée à s’en débarrasser un jour.

Le retour à la maison n’a pas été tout rose, quand elle s’est trouvée des heures entières assise dans son fauteuil, à regarder les programmes TV insipides des après-midi ou à lire, elle qui ne lisait pas beaucoup, et regardait la télévision parcimonieusement et toujours avec un tricot à la main. Elle s’essaye au tricot, mais les aiguilles lui échappent des mains et son incapacité la ronge…. Elle angoisse aussi de voir sa maison en désordre, elle qui allait d’une pièce à l’autre, de la cave au grenier, rangeant, époussetant, nettoyant…. Elle enrage de ne plus rien pouvoir faire, d’être dépendante des infirmières pour sortir de son lit, faire sa toilette, des aidantes pour faire le ménage et à manger, de nous, selon nos disponibilités respectives….

Passer du centre de rééducation à la maison, c’est aussi passer d’une séance de kiné (voire deux) et d’ergothérapie par jour à deux séances de 20 mn à domicile par semaine…. Et là, elle ne se voit plus progresser et même régresser dans certains mouvements…. Changement de kiné…

Réapprendre la marche, pas à pas, tenir le dos en équilibre, lever la jambe, l’avancer, la poser, changer le poids du corps, lever l’autre…. tomber aussi en voulant aller trop vite, en présumant de ses forces, ne pas pouvoir se relever, angoisser de retomber…. Il y a eu les premiers pas seule, en se tenant aux meubles ou à nous, les premiers pas seule sans personne, d’un meuble à l’autre, la montée puis la descente des escaliers, les premiers pas sur une pente, en montant et en descendant….

Il y a eu le temps où juste lever le bras, se baisser, porter quelque chose dans la main, même peu lourd, la déséquilibrait…. Mais à force d’exercices, de volonté, lentement, trop lentement à son goût, les gestes et l’équilibre reviennent.

Alors, aujourd’hui, maman a fait un gâteau au chocolat, toute seule…. Ouvrir les placards et le frigidaire pour y chercher le sucre, la farine, les œufs, le lait, le chocolat, le saladier et le moule à gâteau, mélanger les ingrédients dans un mouvement circulaire sans perdre l’équilibre, se baisser pour enfourner et défourner…. démouler…. Faire le glaçage…. Et son gâteau est aussi bon qu’avant, et même plus, il a le goût de toutes ses petites victoires qu’elle a faites jour après jour.

Avec ce gâteau, c’est aussi sa place qu’elle reprend dans la famille, celle de la mère nourricière, qui fait gâteau et galettes pour son petit monde.  Elle peut à nouveau se faire à manger,  même si les aliments n’ont plus pour elle le même goût et qu’il faut aussi réapprendre à manger et à y prendre du plaisir…

Elle marche sans canne, parce qu’en plus de penser à avancer le pied, il faut penser à avancer la canne, et que cela fait “trop à penser”  mais aussi, parce que quelque part, dans sa tête, la canne, c’est pour les vieux. La nuit, elle s’essaye à dormir peu à peu dans un lit normal pour un jour se débarrasser du lit médicalisé et retrouver Sa chambre telle qu’elle était avant. D’ailleurs sa démarche a payé puisqu’elle vient de passer 15 jours chez ma sœur dans un lit normal. Elle a profité de la salle de sport trois fois par jour, s’est entraînée sur le tapis de marche, faisant des promenades alentours. A son retour, elle s’est risquée à aller seule chez le voisin, descendre la pente du garage, traverser la route, faire les 200 m à pas assurés….

Si elle n’arrive pas encore à faire ses augmentations et diminutions au tricot, elle a bien récupéré les gestes de la couture à la main… Elle retrouve doucement ses petits points qui font mon admiration et elle réclame de l’ouvrage pour se sentir utile…

Je ne peux qu’être admirative et fière de ma mère…. Aurais-je la même force s’il devait m’arriver la même chose ?… Quelle serait ma motivation ? J’espère juste que oui, mais comme dirait maman, c’est une question de volonté. En tout cas, aujourd’hui, place à la dégustation du célèbre gâteau au chocolat, celui que ma grand-mère faisait, que ma mère fait et que ma fille a appris à faire….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages