LIBERTE, le cri de mon fils autiste

Il y a sept ans, Karim n’était pas capable d’exprimer directement ses besoins, son mal-être, ses frustrations et ses souhaits autrement que par la violence. Chaque fois que quelque chose le perturbait ou n’allait pas dans le sens de ses désirs, il explosait. Et chaque jour, nous vivions dans la crainte de ses éclats de voix et accès de violence. Ses angoisses étaient telles qu’au centre, il était question de le mettre sous médicament, ce à quoi je n’arrivais pas à me résigner.

Mais Karim avait trouvé une autre façon de signifier ses états d’être que j’allais apprendre peu à peu à interpréter.

rangées-DVD-Depuis maintenant plus quinze ans, il attache une énorme importance à ses DVD (autrefois cassettes vidéos),  A l’époque je me servais des cassettes vidéos comme carotte de négociation. Tu prends ton bus le lundi pour aller au centre, et le vendredi, tu peux acheter une cassette. Puis cassettes et DVD ont cohabité sur ses étagères, et nous avons réussi peu à peu, faute de magnétoscope, à éliminer les cassettes pour ne garder que les DVD (là, ça a été très dur)…..Avec le temps et l’évolution de Karim, ils ont renforcé des acquis différents, mais ils sont toujours le symbole pour Karim de “sa richesse”. Il est riche en DVD. Gagner de l’argent de sens n’a pour lui que si il peut les convertir en DVD….

Jacques Villeret dans Le dîner de Con

Jacques Villeret dans Le dîner de Con

Au fil des années, les murs de sa chambres se sont remplis d’étagères de DVD bien alignés et rangés dans un ordre qu’il maîtrise. Si on lui en emprunte un sans lui dire, il remarque tout de suite son absence (on est plus futées depuis, on emprunte le disque et on laisse la boîte sachant qu’il y a des DVD qu’il ne faut pas toucher car ils sont ses compagnons quotidiens). Il leur parle, les encourage, leur confie ses angoisses ou les gronde selon l’humeur….

Quand Karim va bien, il regarde des comédies comme “Le dîner de con”, Le Prénom”, “Une Hirondelle fait le printemps”, “Belle et Sébastien”, “Bienvenue chez les Chtis”…. Il en connaît les dialogues et les bruitages par cœur, les dit un quart de seconde avant qu’ils n’arrivent sur l’écran….

Quand il se sent en mal d’amour, il sera Quasimodo de Notre Dame de Paris, ou Roméo…. Sa voix de fausset suit le rythme de la chanson et seul devant son écran, il reproduit les gestes des chanteurs.

Karim TATAI superman

Le rêve de Karim, être Superman

Et puis il y a les héros de son mal être... Les superhéros même, ceux qui ont deux faces, deux vies, et qui luttent contre eux même autant que contre les méchants qu’ils rencontrent…. Superman est son préféré…. Pas une semaine et peut-être pas un jour sans qu’il ne passe au moins le générique. Mais selon son état d’être il s’intéresse aux passages du superman triomphant ou du superman qui perd ses pouvoirs… A nous de reconnaître les situations.

Karim ne sachant pas lire ne sait pas la plupart du temps le titre exact des films. Souvent il leur donne le nom ou le prénom du personnage qui l’a le plus marqué et pour nous, c’est une gymnastique pour comprendre de qui et de quoi il parle. …. Monsieur Hunt, c’est mission impossible, “Okay”, c’est” Les Visiteurs”, “Coucou biroute”, c’est invariablement Dany Boon ou Kad Merad quelque soit le film où ils jouent….il rajoute alors un qualificatif “coucou biroute malade” c’est “Hypercondriaque” et ainsi pour les quelques mille films qui tapissent sa chambre.

Plus Karim va mal et plus il s’enferme dans les DVD noirs.…Et vient le moment où il passe en boucle des extraits des films… Il revient inlassablement en arrière, encore et encore sur les même scènes, pendant des heures…. Impossible de le détacher alors de Skar qui tue Mufasa (dans le roi Lion), de l’enterrement dans l’Arme Fatale 2, ou du “tu peux le faire, Superman” dans je ne sais plus quel épisode…. sans compter l’arrachage du cœur dans Indiana Jones et le temple maudit….

Je me suis aperçue il y a maintenant une dizaine d’années, que les dialogues de ces passages en boucle avait de l’importance pour lui, ainsi que la situation qui y était exprimée. Il laissait dire à ses DVD ce qu’il n’arrivait pas à exprimer. Après, maman, débrouilles-toi pour comprendre !!!!

Mel Gibson dans Braveheart

Le cri de William Wallace : LIBERTE Mel Gibson dans Braveheart

Il y a sept ans, avant que je ne prenne la décision d’accéder à sa demande de rester à la maison et de ne plus aller en centre, il a regardé pendant des jours le même extrait de film….William Wallace.  en fait c’est le héros du film Braveheart joué par Mel Gibson. A la fin du film, quand William Wallace est mis à mort et attaché pour son exécution, il crie de toutes ses forces “LIBERTE”..… Et Karim répétait en boucle “pitié, pitié” avec la foule pendant que le cri LIBERTE résonnait toute la journée dans l’appartement.

Comment ne pas entendre alors le cri de son enfant déjà adulte essayant par tous les moyens à sa disposition de dire ses choix de vie ?

Karim regarde toujours des DVD…. Il y a toujours ceux des bons et des moins bons jours. La vie d’un être humain est parsemée d’impondérables qu’il faut apprendre à gérer, à dépasser. Il y a la maladie, les déménagements, l’éloignement, la mort aussi….Il a appris depuis à dire “j’ai mal”, “je suis en colère”, “j’ai peur”, je suis “triste”, et si lui arrive de reprendre Braveheart, ce n’est plus en boucle et surtout plus cette séquence et la phrase qu’il aime le plus entendre c’est “tu es libre de choisir”…. Même si nous savons tous que nous ne choisissons pas vraiment et que la liberté s’arrête où commence celle des autres et cela, c’est un tout autre apprentissage.

 

 

Commentaire (1)

  1. Corinne (Couleur Café)

    Super article ! C’est très très bien qu’il arrive à exprimer ses émotions à sa façon. Bravo à ton fils, et à toi ! Bises.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages