apprendre avec ses différences

Ce n’est pas parce qu’on est déficient mental qu’on a pas de capacités d’apprentissage. Ce n’est pas parce qu’on est devenu adulte qu’on ne continue pas à apprendre…. Ce n’est pas parce qu’on ne sait pas lire, écrire et compter qu’on ne se débrouillera pas du tout dans la vie. Ce qui est paralysant, c’est la peur de paraître ignorant … On ne peut pas être ignorant de tout, non plus, même si parfois on nous en met l’étiquette.

Lire, écrire….

karim-tatai-ecritureKarim ne sait ni lire, ni écrire et quelque part, grand bien lui fasse, il s’en fiche. les livres n’ont pas d’attrait pour lui et même s’il adore tracer les lettres en calquant par transparence sur le papier, les signes n’ont aucun sens pour lui. Il a fallu dix ans pour lui apprendre à tracer les cinq lettres de son prénom. Seul, il les trace dans le désordre, à l’envers et souvent en commençant par la droite…. Lorsque l’on veut qu’il écrire son prénom, il faut lui dicter chaque lettre : K bec de canard, A pont, R gros bonhomme avec une jambe, I sucette et M montagne…. La première fois, ça va…S’il n’est pas trop pressé… On peut pousser un peu jusqu’au nom de famille. Mais déjà la deuxième fois son esprit s’évade, même si l’on sent qu’il fait un temps de gros efforts de concentration… Et puis ça disjoncte et les lettres reviennent dans le désordre…. Et puis alors… Par contre, il n’oublie pas et si l’on revient quelques mois plus tard lui dicter les lettres imagées, il peut les retracer…

Malgré son analphabétisme, Karim se repère très bien dans la ville. Un logo, un graffiti, un panneau, une vitrine, lui servent de marques comme les cailloux du Petit Poucet.

La semaine dernière, nous avons pris ensemble le tram pour aller au cinéma. Quand celui-ci est arrivé, j’étais prête à monter dedans. Karim m’interpelle :

  • une lettre de couleur qui peut aider à prendre le bon tram

    une lettre de couleur qui peut aider à prendre le bon tram

    Non, pas celui-ci, il va à Hoenheim-Gare….

  • Comment tu le sais ? (C’est écrit bien sûr sur la première rame, mais comme il ne sait pas lire)….
  • C’est le bleu. Pour aller au cinéma, c’est le rose….

Il a fallu la prochaine rame pour qu’il me montre, à côté du nom du terminus, la lettre en couleur…. A l’intérieur du tram, une voix indique la destination et annonce les stations. Karim a fait le lien entre la destination et la lettre de couleur.

Merci à la compagnie de Transport Strasbourgeois pour cette petite lettre de couleur qui permet à Karim d’arpenter Strasbourg avec le tram sans se perdre.

Compter

dvdKarim ne sait pas compter non plus…. Mais s’il manque un DVD sur une de ses étagères, il s’en rend compte très rapidement et sait lequel manque….

Nous avons essayé de lui apprendre à compter avec de l’argent, l”argent ayant un très grand intérêt pour lui.  C’est avec de l’argent qu’il peut acheter ses DVD et faire ses petites courses dans les supérettes du quartier et même les supermarchés de la périphérie accessibles en tram ou en bus.

Là aussi, les couleurs sont venues à notre secours. Il y a le billet bleu, le billet rouge, le billet vert (ou plutôt gris/vert), les grandes pièces, les petites et les jaunes…. Il n’a pas de notions de correspondance entre les différents billets et pièces, mais sait ce qu’il peut acheter avec les uns et les autres…. Répéter sans fin, pendant des mois que deux petites pièces, c’est comme une grande, que deux billets rouges, c’est comme un bleu…. Peut-être que dans quelques mois, ou un an, ou deux, cela sera enfin enregistré.… Ou pas… Mais qu’importe….

 

Apprendre

une journée de pèche, karim TATAI-Strasbourg

une journée de pèche

Parfois, il nous surprend avec des mots nouveaux, des expressions glanés ici ou là… Son vocabulaire s’enrichit et avec lui ses possibilités d’exprimer ses demandes, ses ressentis…

Se dire que ce n’est pas fini. Que l’on peut apprendre et apprendre, encore et encore, et qu’il y a de multiples façons d’apprendre.

On peut apprendre de ses parents, de sa famille, de ses professeurs, de ses pairs, de ce qu’on voit dans les films ou à la télé…. On peut apprendre de façon intellectuelle, kinesthésique, on peut aussi retenir sans comprendre, Il y a aussi l’imitation…

karim TATAI sur un terrain de fouille avec son copain Adrien

Sur un terrain de fouille avec son copain Adrien

L’imitation, c’est ce que j’utilise le plus. Karim est hermétique à toute forme d’apprentissage. Il se considère comme adulte et ne veut plus qu’on lui apprenne quelque chose. “Je sais” dit-il, alors je ne cherche plus ni enseignant, ni éducateur…. Il sent l’intention didactique. Je cherche juste des personnes passionnées qui veulent bien partager leur passion une heure ou deux et cela marche….. Partager des tranches de vie est actuellement pour Karim la meilleure école…. Multiplier les expériences, fussent-elles de quelques heures…. ou même moins…

Le tout est de trouver les portes qui permettent d’accéder à l’apprentissage….

Quel grand jeu de piste en grandeur nature et quelle victoire que de trouver une porte… puis une autre….

 

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages